Le pollen au secours des antibiotiques

Le pollen au secours des antibiotiques
Notez cet article

Souvent contestés, les antibiotiques utilisés de manière massive ont parfois de lourdes conséquences pour la santé. Dérèglement de la flore intestinale, résistance des bactéries, diminution de l’immunité… Sans pour autant nier les avantages des antibiothérapies lorsqu’elles sont prescrites pour des bactéries où il n’y a pas d’autres choix, le professeur Domerego propose ici des solutions de santé alternatives basées sur sa connaissance des médecines naturelles et des produits de la ruche.

Le Pr. Roch Domerego, un spécialiste du pollen et des antiobiotiques

Apiculteur, Vice-président de la commission d’apithérapie d’apimondia pendant 14ans, naturopathe et professeur d’université, le professeur Domerego est un des grands spécialistes français de l’apithérapie.

Il a été missionné comme expert des Nations Unies pour participer à des projets de grande ampleur concernant la santé publique dans des pays en voie de développement. A l’hôpital Calixto Garcia de La Havane, le professeur Domerego a enseigné aux côtés de médecins, pharmaciens et chirurgiens pour proposer des solutions alternatives aux médicaments de synthèse. L’utilisation combinée de produits de la ruche tels que pollen, miel, propolis, venin, cire et les plantes a pu être testée et a permis aux personnels de santé de guérir des cas dits désespérés, pour empêcher des amputations et même sauver des vies.

Il a déjà écrit plus d’une dizaine d’ouvrages sur le sujet de l’apithérapie, ou comment se soigner grâce aux produits fabriqués par les abeilles.

Peut-on se passer totalement d’antibiotiques?

Clairement, même si les antibiotiques sont montrés du doigt dans ce livre, à aucun moment l’auteur nous conseille d’arrêter totalement leur prise. Il nous incite seulement à réduire leur consommation à leur strict minimum, pour en quelque sorte aller vers de la « slow médication », et ne prendre des antibiotiques que quand c’est vraiment nécessaire.

On nous a bassiné pendant des années avec le slogan « les antibiotiques c’est pas automatiques », et si cela a marché pendant un temps, on observe le retour de la surconsommation d’antibiotique « par précaution », « par sécurité », « au cas où ça évolue davantage »… Bref plein de suppositions qui font prendre des antibiotiques parfois quand ça n’était pas nécessaire, et c’est typiquement ce genre de comportement qui induit des résistances aux antibiotiques, sans parler des conséquences sur notre flore intestinale.

En 2007, en France, la résistance aux antibiotiques aurait occasionné 25 000 morts! Une bactérie sur 10 serait déjà résistante aux dernières générations d’antibiotiques. En particulier, 8 staphylocoques sur 10 ne réagiraient plus du tout à la pénicilline. Ces chiffres sont alarmants, sachant que le dosage en antibiotique a également fortement augmenté depuis la découverte de la pénicilline.

Au contraire, parfois il y a vraiment des maladies qui ne peuvent être traitées que par antibiotique car nous n’avons pas d’autre traitement possible.

La flore intestinale: notre 2eme cerveau

Depuis quelques années, on appelle notre ventre le 2eme cerveau. Une équipe de recherche canadienne a prouvé au travers une expérimentation que la flore intestinale déréglée pouvait avoir un impact direct sur l’anxiété, augmenter les troubles de l’humeur, et même impacter les réactions cérébrales.

Il existe aussi un lien direct entre l’harmonie des microbiotes de la flore intestinale et le système immunitaire car l’intestin et le colon font office de barrière physico-chimique protectrice lorsqu’ils sont en bon état.

L’impact des antibiotiques sur notre flore intestinale

Les récentes découvertes ont mis aussi en avant l’impact perturbateur de la prise d’antibiotique sur la flore intestinale. Chaque prise de plus d’une semaine est une perturbation.

Bien sûr, la prise de médicaments tels que les antibio n’est pas la seule source de déséquilibre: un changement de régime alimentaire trop brusque, un choc émotionnel, un stress psychologique… tout ceci peut également générer un déséquilibre sans pour autant avoir reçu une antibiothérapie.

Le pollen frais, un symbiotique naturel

Le pollen frais, ou le pollen immédiatement congelé après récolte, sont connus depuis longtemps comme des fortifiants naturels: anti-oxydant, anti-inflammatoire, hépato-protecteur, antibactérien, anti-fongique… Son action antibactérienne à large spectre et son renforcement de la barrière intestinale en font un complément alimentaire idéal pour contrer les effets néfastes des antibiotiques.

Le pollen, s’il est consommé frais ou congelé, contient aussi une association naturelle de probiotiques et prébiotiques pour aider à multiplier les bonnes bactéries de l’intestin, tout en rendant leur population stable pour des effets durables.

Mon avis sur le dernier livre du professeur Domerego

Bref, le livre « Le pollen au secours des antibiotiques » du professeur Roch Domerego est une vraie mine d’or! Je vous ai fait ici un résumé très très court car il fait 70 pages en tout. Certes, l’écriture est assez grosse, donc il se lit finalement facilement et rapidement, mais c’est une excellente lecture d’initiation à l’apithérapie, au fonctionnement de l’intestin, au role des probiotiques, et à l’utilisation du pollen.

Je vous avoue qu’après cette première lecture, je reste encore sur ma faim (de pollen ^^), mais c’est aussi le but de ce livre: nous donner une vision 360 du sujet en seulement 70pages, et nous inviter à lire les autres ouvrages du professeur pour se cultiver encore plus sur ce sujet passionnant!

Le pollen au secours des antibiotiques, Pr Domerego – 8€

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.