Amanda Todd et le danger des réseaux sociaux

Notez cet article

Elle s’appelait Amanda Todd et elle avait 15 ans. Elle s’est suicidée le 11 octobre dernier suite à 3 ans de cyber-harcèlement.
A l’âge de 12 ans, elle rencontre un homme par webcam. Quelques temps après leur rencontre, il lui propose de lui montrer une partie de son anatomie. Sans doute naïve, elle s’exécute, sans se douter que cet homme a gardé ses photos, les diffusera sur Internet, sur Facebook et les enverra à tous les contacts d’Amanda.


Humiliée, harcelée par ses camarades de classe, elle changera plusieurs fois d’école mais rien n’y fait, son harceleur la retrouve toujours et diffuse ses photos à tous ses nouveaux camarades.
Après avoir sombré dans l’alcool, la drogue et après avoir fait plusieurs tentatives de suicide, elle lance un appel au secours sur le net grâce à une vidéo particulièrement émouvante où elle écrit son calvaire. Si vous souhaitez la visualiser, cliquez ici.

Cette histoire a ému le monde entier et a relancé le débat sur la cyber-criminalité et sur l’utilisation des réseaux sociaux. Les adolescents n’ont aucun recul sur leur utilisation. Ils ont souvent plus de 1000 amis, dont ils n’en connaissent même pas la moitié. Ils ne se rendent pas compte que les photos, les commentaires peuvent être lus par l’ensemble de la population et ne s’effacent pas si facilement. Nous pouvons connaitre toute la vie d’une personne grâce à Facebook.
Les parents, eux, se sentent souvent démunis par rapport à ses nouveaux outils. Leurs enfants sont souvent plus au courant du fonctionnement du Web 2.0 et arrivent facilement à éviter les pare-feux.

Les rumeurs, qui ont toujours existé dans les collèges et lycées, se propagent beaucoup plus rapidement grâce à Internet. Les smartphones permettent de prendre des photos et des vidéos et de les envoyer instantanément sur internet, parfois au détriment d’adolescents et de leur estime d’eux-même. Les persécutions et les rumeurs, dont ils peuvent victimes, restent ancrées sur la toile et peuvent les poursuivre durant toute leur scolarité.
Ils ont peu de recul sur ce qu’ils peuvent lire sur Internet. Dernier exemple en date. Un petit malin a fait croire que Justin Bieber, l’idole des adolescentes, était atteint d’un cancer. Il a demandé à toutes ces fans de se raser la tête en soutien, en passant par twitter et en créant le hashtag #baldforbieber (chauve pour Bieber). Ce hashtag est vite devenu numéro 1 mondial et bon nombre de jeunes fans se sont photographiés la tête rasée.
Pour Michel Fize (sociologue spécialiste de la jeunesse) « Les ados doivent apprendre qu’un Internet est un outil qui peut être néfaste. A l’instar de la vie en société : tout le monde ne vous veut pas que du bien« .
La France n’est pas épargnée par ce phénomène.  Il y a deux semaines, un jeune Brestois s’est donné la mort après avoir été victimes d’un chantage pendant des mois.

Il est temps que les pouvoirs publics, les professionnels de la santé, de l’éducation et du social, ainsi que les parents prennent la mesure du phénomène. Quand on sait que 88 % des photos intimes d’adolescents mis en ligne sur Internet sont repris par des sites pornographique, je pense que nous en droit de nous poser des questions.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Commentaire sur “Amanda Todd et le danger des réseaux sociaux”