Que faut-il savoir sur l’allergie au soleil?

L’allergie au soleil – également appelée lucite estivale – est une réaction cutanée suite à une exposition au soleil. Les journalistes nous en parlent tous les ans dans les magazines, mais quand parfois je lis qu’une lucite estivale disparait au bout de 5ans cela me fait doucement sourire car ma première crise était il y a 12ans et tous les ans je sens bien les symptômes revenir! Je suis peut être une exception? Tout ça pour dire qu’à la longue, on apprend à vivre avec, et on comprend mieux comment la maitriser. Comme cette allergie est encore peu connue pour beaucoup, j’aimerais partager avec vous mes quelques observations :).

lucite estivale bénigne

1. On ne connait pas la cause exacte de cette « allergie » au soleil

On ne sait pas précisément quelles sont les causes de l’allergie au soleil mais en général les peaux claires ou qui produisent peu de mélanine sont les plus touchées. En cas d’exposition soudaine et forte au soleil, vous pouvez aussi souffrir de cette réaction « allergique ». Pour ma part, je suis dans les 2 cas: peau très claire et réactive aux expositions soudaines!

2. Les signes précurseurs de l’allergie au soleil

Lorsque je déclenche ma lucite estivale, en premier lieu des petits boutons rapprochés apparaissent sur les zones les plus exposées. On parle parfois de « boutons de chaleur ». La première année de mon allergie, c’est allé très vite et j’ai rapidement eu tout le dessus du pied et la cheville recouverts de petits boutons douloureux. Maintenant, je fais plus attention, et j’arrive à contrôler leur étendue. Cette année par exemple, je n’ai eu que quelques boutons espacés sur le dessus de la main: j’ai réagi à temps!

La 2eme étape arrive plus ou moins vite selon mon exposition: les plaques de boutons vont devenir rouges et démanger fortement. Plus l’allergie se déclenche, plus les plaques sont sensibles (difficulté de porter des vêtements qui frottent dessus par exemple).

Je vous épargne les photos ;-)!

3. Mes trucs et astuces pour soulager une allergie au soleil

L’avantage des années, c’est qu’on apprend à reconnaitre son allergie dès l’apparition des premiers boutons. Les premières fois que je l’ai déclenchée, je suis arrivée au stade 2 rapidement sans savoir quoi faire à part fuir le soleil… Maintenant, je reconnais les signes de l’allergie et j’arrive toujours à la stopper en étape 1 :).

Voici donc les conseils d’une vétérante de la lucite estivale:

  1. je porte toujours une protection solaire, c’est peut être une évidence, mais il est toujours bon de le rappeler 😉 C’est la meilleure protection pour limiter ou retarder le déclenchement de l’allergie! On vous parlait de nos solaires dans un précédent article, pour ma part j’utilise la crème Bioderma indice 50 depuis des années! N’hésitez pas à tester plusieurs crèmes solaires jusqu’à trouver celle qui vous convient le mieux.
  2. Je ne m’expose pas brutalement après des mois d’hibernation. Passer du jour au lendemain d’un soleil timide à une exposition sur la plage toute la journée provoque un choc trop important! La seule année où je n’ai eu aucun signe d’allergie, j’ai respecté scrupuleusement tous ces conseils et j’ai eu la chance de m’exposer crescendo au soleil : week-ends au soleil réguliers + sorties au soleil dans les parcs parisiens + vacances dans le désert américain en PLEIN soleil = aucune allergie; incroyable mais vrai (même moi je n’aurais pas parié dessus)! Certaines personnes conseillent de faire quelques séances UV pour habituer la peau, mais personnellement c’est une chose que je ne ferais jamais: je préfère utiliser le peu de « capital soleil » que j’ai en extérieur plutôt qu’enfermée dans une cabine!
  3. En cas de début d’allergie: j’arrête toute exposition de la zone concernée (si c’est possible) et je me tartine d’indice 50 dès que je ressens des démangeaisons (toutes les 30min ou 1h max). La crème solaire indice 50 va permettre de limiter l’évolution en bloquant un maximum d’UV.
  4. En cas d’allergie déclarée: si j’ai réagi trop tard et que pointent déjà les plaques rouges qui démangent, j’ai 2 solutions. Si c’est une petite zone, je reste à l’ombre le plus souvent possible et je suis le conseil de la crème solaire ci-dessus. Si c’est une zone plus large ou que c’est vraiment insupportable, je me rends chez un médecin ou dans une pharmacie pour obtenir une crème à base de cortisone: ça soulage bien ;-)!

Je sais que certaines personnes sont également soulagées par la prise de compléments alimentaires permettant d’activer le bronzage. Je n’ai jamais testé cette technique car j’essaie d’avoir des astuces simples et pas chères :).

Enfin, certaines marques proposent des laits solaires spécifiques pour les peaux à lucites: je pense notamment à Esthederm et Eucerin. Jusqu’à maintenant, je me suis contentée de ma Bioderma car ces laits ne sont pas donnés, mais pour les personnes très réactives ça vaut peut être le coup d’essayer?

allergie au soleil

Voilà pour ce partage d’expérience, sachez que même avec une lucite estivale, on peut profiter du soleil et de la plage comme tout le monde il suffit juste d’être un peu plus attentif que les autres et savoir réagir en cas de début d’allergie :-).

Bonnes vacances et n’oubliez pas vos crèmes solaires!

close
Ne manque plus aucun de nos articles ! Abonne-toi gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque vendredi soir le récapitulatif des parutions de la semaine.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

19 commentaires sur “Que faut-il savoir sur l’allergie au soleil?”