Le cas du gant démaquillant à l’eau Glov et autres microfibres

Le cas du gant démaquillant à l’eau Glov et autres microfibres
4 (80%) 1 vote

Voici un objet de beauty addict bien étrange: les gants à démaquiller à l’eau… Composés de microfibres étudiées pour retirer toute trace de maquillage, les Glov, LapiGlov, Magic Mitt et autres tissus de microfibre prônent le retour à un démaquillage simple, juste à base d’eau. Cela fait plus de 6mois que Glov m’a fait parvenir un gant pour test, je crois que j’ai eu le temps de me faire une idée de ce produit 🙂 … Surtout qu’il va être commercialisé chez Monoprix dans les semaines à venir!

gant à démaquiller glov

Glov est arrivé dans un élégant paquet entouré d’un joli ruban rouge. A l’intérieur, un livret explicatif sur son utilisation et son mode de fonctionnement, et bien sûr le gant en question.

Glov propose 2 modèles de gants démaquillants:

  • un grand carré, Glov comfort, où les 4 coins font office de « gants », idéal pour les maquillages chargés ou pour retirer le fond de teint grâce à sa grande surface.
  • un gant de voyage, Glov on-the-go, au format « moufle », celui que j’ai reçu.

ouverture paquet glov gant démaquillant à l'eau

Le gant de voyage Glov est une petite moufle, beaucoup plus petite qu’un gant de toilette par exemple. Il ressemble visuellement au lapiglov et au magic mitt, mais je ne saurais pas vous dire si la qualité des fibres est identique ou meilleure (idéalement, si un scientifique avait étudié les différentes microfibres de ces marques au microscope, cela pourrait être très intéressant!) . En tout cas, il semblerait que Glov soit la 1ère société à avoir créé le concept de démaquillage à l’eau et à avoir proposé ce genre de produit sur le marché!

gant glov

Concrètement, le démaquillage au gant et à l’eau ça marche comment?

Le gant est composé de millions de fibres de microfibres, dont la forme, la longueur, etc. ont été étudiés pour accrocher les particules de maquillage sur son passage. Il suffit de l’imbiber d’eau tiède pour faire fondre la matière (ou d’eau froide pour un effet fraicheur décongestionnant), puis de le passer doucement sur tout le visage, en retournant et repassant le gant sous l’eau de temps en temps.

fibres microfibres glov

Au début, un peu comme pour tout objet nouveau, j’ai beaucoup apprécié le concept. On économise l’utilisation d’un produit démaquillant, et pour les peaux sensibles et intolérantes cela allège toujours d’un produit en moins dans sa routine. Son petit format pratique lui permet aussi de se glisser dans n’importe quel sac de voyage, à main ou de sport pour se démaquiller facilement en cas de besoin. Aussi, écologiquement, il évite le gaspillage de plusieurs cotons par jour, et mine de rien au bout de plusieurs mois cela représente un beau volume de cotons épargnés pour la planète.

Puis, au fil du temps je l’ai de moins en moins utilisé… Il reste toujours pratique, mais j’avoue avoir du mal à me passer de ma routine démaquillage à base d’eau micellaire. En effet, il peut être difficile de retirer certains mascaras un peu « costauds » avec Glov… Avec mes mascaras pour yeux sensibles Une et Avène qui fondent au moindre contact d’un démaquillant ou même simplement d’eau (le mascara avène a été conçu pour pouvoir aussi se démaquiller avec un pshit d’eau d’avène), je n’ai pas de problème particulier pour les enlever avec un Glov, par contre, dès que je mise sur une marque conventionnelle, il faut insister un peu plus sur les cils et je n’aime pas cela. Avec mes eaux micellaires et autres démaquillants, je suis plutôt du genre à laisser poser un coton très imbibé pour faire fondre le mascara, alors qu’avec un gant Glov c’est vraiment le mouvement des microfibres qui enlève la matière… donc il faut repasser plusieurs fois par petits mouvements de massage.

Autre point qui m’a fait le garder pour d’autres utilisations (on en reparle juste après), est le fait que j’avais l’impression de ne pas être parfaitement démaquillée lorsque j’utilisais des filtres solaires. En effet, certains produits comme les spf sont dits lipophiles, ie ils ont besoin d’être nettoyés avec un produit à base d’huile : une huile démaquillante, un lait démaquillant (car ce qui démaquille dans un lait est sa phase huileuse), ou encore les micelles d’une eau micellaire… Du coup, même si les microfibres sont très performantes pour accrocher la matière, j’ai eu l’impression que ma peau n’était pas aussi clean qu’après un démaquillage classique lorsque j’utilisais une crème solaire ou une bb crème asiatique de type épaisse comportant un filtre solaire. Ça et le démaquillage du mascara sont les 2 points qui m’ont fait reprendre le démaquillage classique rapidement.

Par contre, je suis toujours heureuse d’avoir mon Glov sous la main pour les vacances ou pour le sport, et j’ai détourné son usage pour rincer tous mes masques visage! Sa texture microfibre accroche tellement bien la matière qu’il est parfait pour nettoyer bien plus efficacement qu’un gant de toilette! (et en plus il est bien plus doux qu’un gant de toilette).

Au final, pour résumer ce très long article: OUI le gant de démaquillage Glov est innovant, non il n’est pas pour moi pour un usage quotidien (mais je conçois que pour certaines personnes il soit top, chacun ses habitudes sur ce point 🙂 ), mais oui il est très pratique et dure longtemps! Bref, il ne convient pas à tout le monde, par exemple les personnes ne supportant pas l’eau (ou plutôt le calcaire) sur leur visage, ou encore les personnes qui apprécient la galénique des produits de beauté démaquillant, les parfums, etc… J’espère que cette revue vous aidera dans vos choix, et n’hésitez pas à me dire si elle vous a convaincue ou au contraire si vous ne craquerez pas 🙂 .

Gant Glov on the go – 12€90 sur glov.fr et bientôt chez Monoprix

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

15 commentaires sur “Le cas du gant démaquillant à l’eau Glov et autres microfibres”